Avec la chute brutale des températures, vous devez certainement vous demander  “Y a-t-il un risque de panne électrique générale cet hiver ?

RTE, gestionnaire du réseau de transport d’électricité, se veut rassurant et assure que non. Cependant, la possibilité de coupures de courant ciblée n’est pas exclue durant les mois les plus froids de l’hiver (janvier et février). 

Doit-on craindre des coupures de courant cet hiver ? Devez-vous vous préparer à vous chauffer au bois ? On vous explique !

Des « délestages » tournants et ciblés


Le 18 novembre dernier, RTE actualisait ses prévisions pour alerter quant au risque de tension électrique cet hiver

Afin d’éviter le blackout (panne générale), et pour maintenir l’équilibre entre production et consommation, RTE a annoncé que des délestages tournants et ciblés seraient déployés dans toute la France lorsque la tension sur le réseau électrique serait trop importante. 

Concrètement, allons-nous nous retrouver sans lumière et sans chauffage cet hiver ? Allez-vous devoir empiler les couches de vêtements pour ne pas mourir de froid chez vous ?

Mais qu’est-ce que le délestage ? Il s’agit d’une coupure sélective et contrôlée de l’alimentation électrique d’une zone donnée

coupures-electricite

Le gouvernement a mis en place un plan de délestage. Ainsi, en cas d’alerte rouge sur le réseau, les délestages pourront être déclenchés durant les pics de consommation. 

Les plages horaires se situeront entre 8 heures et 13 heures et entre 18 heures et 20 heures les jours ouvrés, et ce pour une durée maximum de 2 heures

Les usagers considérés comme prioritaires seront épargnés de cette mesure. C’est l’article 2 de l’arrêté du 5 juillet 1990 qui dresse la liste de ces services.

Parmi ces usagers prioritaires, on recense les hôpitaux, les cliniques, les laboratoires, les casernes de pompiers, les installations de signalisation et d’éclairage ou encore les établissements liés à la défense nationale, soit au total 14 000 sites prioritaires.

usagers-prioritaires

Quelles sont les causes du délestage et pourquoi délester ?


La crise énergétique liée à la reprise des activités post-Covid, la situation géopolitique en Russie et en Ukraine, le nombre record de réacteurs nucléaires à l’arrêt en France (25 au total, fin novembre a annoncé EDF), le retard sur les énergies renouvelables…

L’addition de tous ces facteurs est responsable de la crise énergétique que nous traversons.

reacteurs-nucleaires

Une importante partie de la capacité de production d’électricité, en France, est actuellement indisponible. En cas de vague de froid ou de pénurie d’approvisionnement, cette capacité ne suffira pas à répondre à la demande.

Le gouvernement a bien précisé que le délestage interviendrait en dernier recours. Avant d’en arriver à cette mesure, des baisses de tensions de 5% pourraient être programmées par RTE, permettant ainsi d’économiser 4% de consommation.

L’avantage, c’est qu’elles n’auraient pas d’impact significatif sur notre quotidien, si ce n’est une légère diminution du voltage de notre habitation (le temps de chargement de votre portable sera par exemple un peu plus long, l’éclairage moins vif…).

Comment se préparer aux coupures d’électricité ?


En octobre dernier, RTE en partenariat avec l’ADEME (Agence de la transition écologique) lançait l’application mobile Ecowatt, en complément du site internet déjà existant. 

Ce dispositif vous permet d’agir sur votre consommation et d’anticiper les risques de coupures. L’application fait office de météo de l’électricité et informe en temps réel sur la consommation des Français(es), région par région.

D’ailleurs, depuis quelques semaines, vous avez pu remarquer que les indicateurs du dispositif Ecowatt sont relayés chaque jour à la télévision après le bulletin météo. Le suivi Ecowatt se fait grâce à des signaux de couleurs différentes.

Il existe 3 types de signaux

  • La couleur verte qui est le signal par défaut du dispositif. Il correspond à une situation normale sur le réseau électrique : tout va bien, vous pouvez continuer de consommer de l’électricité normalement
  • La couleur orange qui correspond à une situation tendue. RTE active tous les leviers à sa disposition (baisse de la tension, effacements de la consommation des industriels, etc.) pour conserver des marges suffisantes. Si vous le pouvez, lancez votre lave-vaisselle plus tard, débranchez tous les appareils en veille…
  • La couleur rouge qui correspond à une situation critique du réseau. Cela signifie qu’il n’y a pas d’électricité suffisante pour couvrir les besoins de la France. C’est dans cette situation qu’intervient la menace de coupure de courant. Ici aussi, repoussez à plus tard votre machine, débranchez tous les appareils qui peuvent l’être…

Pas de panique : en cas de délestage, vous serez alerté(e) à l’avance.

Un signal d’alerte rouge serait émis 3 jours à l’avance, permettant de savoir ensuite les départements impactés par les coupures.

Ainsi, il serait possible de savoir à 17h la veille qui serait concerné par les coupures en renseignant son adresse sur le site coupures-temporaires.enedis.fr lancé par Enedis début décembre.

Qui est concerné ?


Une fois les usagers prioritaires et les usagers raccordés à une ligne prioritaire exclus, ces coupures d’électricité pourraient concerner 60% de la population. Par souci d’équité, les délestages se feront de manière alternée. Aucun département ne subira de délestage complet ou deux fois de suite.

Le gouvernement a précisé qu’il ne devrait pas y avoir de coupure les weekends et jours fériés, en raison de la baisse d’activité ces jours-là.

Quelles seraient les conséquences ?


La principale menace serait liée à l’accès au réseau mobile. Les antennes relais n’étant pas considérées comme prioritaires, l’accès aux numéros d’urgence pourrait être problématique…

Vous pourrez avoir des difficultés pour joindre les services de secours » comme le 15, le 17 ou le 18. Dans ce cas, le gouvernement indique qu’il faudra privilégier le 112, accessible depuis n’importe quel opérateur téléphonique.

appel-urgence

Par ailleurs, les coupures d’électricité pourraient avoir des répercussions sur l’éducation. En effet, le ministre de l’Education nationale Pap Ndiaye a annoncé il y a quelques jours que les établissements scolaires pourraient également être privés d’électricité.

Les éventuelles coupures se feraient sur trois créneaux : de 8h à 10h, de 10h à 13h ou de 18h à 20h. Dans une telle éventualité, les écoles concernées resteraient fermées le matin.

Cette annonce a suscité de vives inquiétudes auprès des parents et des syndicats enseignants qui craignent des répercussions sur l’organisation et les résultats scolaires. Le ministre s’est voulu rassurant en affirmant qu’un même établissement ne subirait pas plus de trois coupures d’électricité cet hiver. 

Côté transports, l’alimentation des trains ne sera pas impactée, mais la signalisation le sera, ce qui pourrait créer de la gêne et des retards conséquents dans le trafic.

Les feux de signalisation et l’éclairage public seront également impactés. Les préfets devront ainsi demander aux usagers de la route de limiter autant que possible leurs déplacements en voiture en cas de délestage afin d’éviter .

Une journée test de délestage réalisée sans coupure


RTE et Enedis ont réalisé un test grandeur nature le vendredi 09 décembre à l’échelle nationale. L’opération était une simulation sur ordinateur. Elle a été réalisée dans le but de reproduire une tension sur le réseau électrique pouvant conduire à des délestages. Personne n’a été impacté puisqu’aucun délestage n’a été effectué.

Test-RTE-Enedis

Une menace de coupure d’électricité qui semble s’éloigner


Début janvier, le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran annonçait que la menace de coupure semblait s’écarter.

Il a salué les efforts de sobriété de l’ensemble des Français et des entreprises ayant permis la baisse de consommation d’électricité durant les derniers mois. 

À cela, s’ajoute un hiver doux et la reprise progressive du fonctionnement des centrales nucléaires. 

En effet, le 9 janvier dernier, le parc nucléaire Français affichait une disponibilité de 73,7 %, grâce à l’activité de 44 réacteurs sur 56, selon les données d’EDF. Il s’agit du plus haut niveau de disponibilité atteint depuis février 2022.

Informations mises à jour le 12/01/2023

Conclusion


Ne plus pouvoir allumer son chauffage, lancer une machine à laver, allumer sa plaque de cuisson, emprunter l’ascenseur ou encore recharger ses appareils… Cela nous semble impossible, mais nous pourrions être confrontés à ces problématiques dès cet hiver. 

Le gouvernement tient, cependant, à rassurer les Français(es) : le délestage constitue une mesure d’ultime recours pour éviter la panne généralisée et incontrôlable

Avant d’en arriver à de telles mesures, des baisses de tensions pourraient être programmées par RTE pour soulager le réseau électrique.

Afin d’éviter tout risque de coupure généralisée, nous devons, chacun(e), jouer le jeu en faisant des efforts de sobriété et en nous tenant informé(e)s de la situation du réseau électrique via Ecowatt. Ce suivi nous permettra d’adapter notre consommation.

D’ailleurs, saviez-vous que la dernière panne généralisée en France remontait au 19 décembre 1978 et avait duré plus de 4 heures ?

Si vous souhaitez aller plus loin dans votre démarche, vous pouvez faire installer des panneaux solaires chez vous, produire votre propre électricité verte et contribuer à alimenter le réseau de distribution électrique.

Panneaux solaires en Autoconsommation

Devenez acteur de votre consommation en installant des panneaux solaires à partir de 7 050 € :